Les Accompagnements chorégraphiques
en lien avec les pièces en tournée









 

Des projets qui permettent aux structures de production et de diffusion artistiques de
s'investir, à leur mesure, suivant leur choix de politique culturelle dans le partenariat :
travailler aux objectifs de l’autre sans perdre les siens.
 
 

Développer, au travers de moyens créatifs, une sensibilité différente, un autre regard
Rompre, par la rencontre avec les processus créatifs, avec l’usuel, l’utilitaire, le fonctionnel
Enrichir et approfondir les relations entre les structures culturelles, les artistes qu’elles soutiennent et les publics.
Mettre en oeuvre un ensemble de modalités artistiques permettant au public d’accéder à un enjeu d’expression artistique.
   
 
Accompagnement chorégraphique autour
de Effigies

Exemple d'un atelier mené au cours de la saison 2012/2013 dans le cadre des Futurs de l'écrit à l'Abbaye de Noirlac en partenariat avec la FLO 18 et Bandits Mages à Bourges. Images de soi

Cet atelier de création partagée s'est défini en lien avec le propos fondateur de dernier projet de création professionnel de la compagnie Point Virgule Effigies.
Avec les deux groupes engagés dans cet atelier (Lycéens du Lycée Jacques Cœur –Bourges – et étudiants de l'EPIDE – Osmois), nous avons mené une réflexion sur l'image de soi, les représentations de soi, les vécus de soi dans leur quotidien. Assez rapidement, un axe d'exploration s'est dégagé entre : états d'être, intimité, identité versus l'uniformité, les réseaux sociaux. À partir de cet axe de recherche, nous menons des temps d'exploration et d'écriture artistique de différents dispositifs chorégraphiques et filmiques. Du point de vue filmique : la performance ou la caméra impliquée dans le mouvement, le découpage/court métrage ou l'écriture en amont et la captation. Du point de vue chorégraphique : la posture, les états de corps, les relations de regard.
Dans la continuité de ces recherches nous proposons à l'ensemble des participants d'éprouver les enjeux d'un processus de création en co-écriture : de la création chorégraphique à la réalisation filmique et vice-versa. Ce processus s'inscrit dans l'architecture de l'abbaye de Noirlac. Il se finalisera par la réalisation de courts films et de compositions dansées imaginés en lien avec des espaces singuliers de l'abbaye : des espaces reclus, des espaces « d'exposition », des espaces qui « découpent » le champ de vision (cadres de portes, de fenêtres, galerie du cloître, piliers du réfectoire, de l'église,…).


 

Accompagnement chorégraphique autour de Chairs (de) Femmes
À titre d’exemple : résidence chorégraphique d’une équipe artistique au sein de collèges et de lycées

En collège : proposer différentes rencontres avec l’art de la danse à l’ensemble des élèves de 4° et de 3° dans un temps donné (de deux jours à une semaine)
En lycée : proposer différentes rencontres avec l’art de la danse à l’ensemble des élèves d’une classe dans un temps donné
(de deux jours à une semaine)

Contenu : liste non exhaustive des rencontres artistiques
  • Présentations de séquences de Chairs (de) Femmes
    Durée de chaque séquence, environ 4 minutes
  • Ateliers du regard : la réception des séquences présentées
    Environ 30 minutes
  • Débats
    Environ 30 minutes
  • Ateliers d’écriture poétique en lien avec le propos de Chairs (de) Femmes
    Environ 1h30 par groupe
  • Enregistrements et diffusion de paroles poétiques
    extraites de Chairs de femmes et/ou des ateliers d’écriture
    Environ 1h00 par groupe
  • Conférence étayée d’extraits vidéo « Enjeux de corps dans l’art chorégraphique du 20e siècle à nos jours »
    Environ 1h30 par groupe
  • Impromptus chorégraphiques : les élèves occupent différents lieux de l’établissement scolaire en constituant des « tableaux humains » inspirés de poses de mannequins issues de différents médias
    Environ 30 minutes par groupe
  • Ateliers de création : créer un moment dansé qui met en œuvre des vécus du corps évoluant de la mollesse, du laisser aller au contrôle à l’enferment et vice versa ; du corps en mouvement à 3 dimensions au corps figé dans des postures inspirées des icônes des magazines
    Environ 2h30 par groupe

 

Accompagnement chorégraphique autour de
Incertain corps

Permettre à l’amateur d’accéder à un enjeu d’expression artistique, proposer une autre manière de vivre, d’appréhender et de comprendre le monde....
Durant les séances avec les groupes, il s’agira
De susciter la recherche de diverses postures, actes et représentations du corps au quotidien
D’explorer diverses mobilités inaccoutumées des corps, notamment celles impliquant la colonne vertébrale ou les multiples possibilités de mouvement des pieds, leurs potentialités de préhension. Des mobilités de moins en moins mis en oeuvre aujourd’hui.
D’étayer ces expérimentations par le jeu des manifestations physiques de différentes nuances de l’émotion de la joie.
De jouer avec les espaces du corps et les corps dans l’espace :
déployer les engagements maximums des corps dans l’espace, leurs « dilatations »
De mettre en oeuvre différentes compositions chorégraphiques contrastées, “d’écrire ” des récits dansés dont la trame naît au coeur des multiples potentialités de mouvement insolites, mobiles et ouverts des corps.
 
Conciliabules artistiques autour de Prendre l’air
Ce projet de conciliabules artistiques aborde les « matières premières » de Prendre l’air.
En amont ou en aval des représentations de cette pièce chorégraphique liée aux notions de langage, les "publics" explorent différents matériaux chorégraphiques de Prendre l’air :
- Les mobilités du corps, les trajets dans l’espace et les temporalités, liés aux phénomènes de l’ancrage, de l’équilibre et de l’envol.
Les processus spécifiques de composition chorégraphique de Prendre l’air - les ritournelles, les effets de surprise, de suspension, de rupture, de circulation,…
L’invention de récits en écho à des expressions telles que « être à l’aise dans ses basquets », « avoir les pieds sur terre et la tête dans les nuages », « prendre son envol »,…
Les rencontres entre le sens du récit parlé et celui du langage de la danse …
Ces conciliabules peuvent concerner, par exemple :
À l’école, projet pour une classe « Récits » et les artistes de la compagnie
À l’école, projet pour deux classes en binôme : Une classe « Danse » et une classe « Récits »
Au sein de la structure de diffusion artistique : projet pour des parents et leurs enfants (chaque langage artistique - danse, récit, objets de la scénographie - sera exploré dans le cadre d’ateliers ludiques et interactifs qui pourront se dérouler simultanément dans différents lieux de la structure de diffusion artistique durant environ 1h30)

 



Accompagnement chorégraphique autour de
Touche à Tout

Le travail d’intervention est abordé comme un lien ludique avec le spectacle Touche à Tout. En amont ou en aval des représentations, les publics (les groupes d’enfants et leurs « éducateurs » : enseignants, animateurs de centres de loisirs, professeurs de danse,…) explorent différentes gestuelles, différents modes de composition chorégraphiques liés aux notions du touché. Une synergie s’opère entre les publics, les interprètes et le propos de la compagnie.
Il s’agira par exemple d’éveiller le toucher, le regard, l’ouïe,...
de sensibiliser et de développer les capacités de ces perceptions, d’explorer diverses mobilités des corps induites par la manipulation de matières variées (des papiers de textures différentes, des galets, des ballons…) de transposer les expériences de ces manipulations en enjeux de danse, de mettre en oeuvre différentes compositions chorégraphiques contrastées, “d’écrire ” des récits dansés dont la trame naît au coeur des contrastes des qualités gestuelles - lourd, doux, cassant, léger, rond, piquant,...-.