Le répertoire,
Chairs (de) Femmes

 
Chairs (de) Femmes, création 2010 (le dossier en pdf)

                  Cette pièce réunit quatre interprètes féminines, pour évoquer et questionner le corps, leurs rapports au corps; les entraves et les libertés conquises ou à conquérir, les pratiques, les valeurs et les représentations du corps des femmes dans ses dimensions culturelle et sexuée... Trois personnalités dansantes et une comédienne éprouvent des perceptions et des découvertes, des expériences et des effervescences charnelles de soi et de l’autre. L’art de la danse comme un outil insolite pour révéler, voire bâtir des identités au féminin et différentes rencontres avec l’autre qu’il soit du genre féminin ou masculin.
                  Le corps n’est jamais vraiment le nôtre. Il se modèle par nos pratiques alimentaires, sportives, esthétiques, vestimentaires… Dans une époque où le culte du corps se déploie, où les femmes ne doivent jamais être perdues de vue : quelles sont les injonctions récurrentes qui façonnent leurs rapports au corps, leurs vécus, leurs corps ? Dans un subtil mariage entre paraître et pas être, la plupart des médias nous exposent des stratégies de « maintien » du corps de la femme, de définition de ses « contours », des prescriptions d’auto contrôle qui s’accroissent. Ce corps « mou » à manipuler par des procédés sans cesse renouvelés, s’inventant au grès des progrès technologiques. Dans le même temps, les violences faîtes aux femmes ne cessent de se banaliser.

                  L’univers chorégraphique de Chairs (de) Femmes est bâti comme un puzzle de différentes séquences d’une durée approximative de 4 minutes. Chacune d’entre-elles aborde un des aspects questionnant de la situation du corps des femmes, de leurs chairs, ici et maintenant et développe un univers en soi. Les choix chorégraphiques voyagent entre un traitement de la surface : des représentations féminines grandement véhiculées par les écrans et les réseaux médiatiques, dans une certaine théâtralité du mouvement et un traitement de l’intime : des états et des matières de corps, de leurs modulations. La danse dialogue avec de courtes paroles poétiques sur des phénomènes actuels du corps au féminin... Ces textes dits en scène sont créés par Sylvie Frigon, Directrice de l’Université de Criminologie d’Ottawa. Cette dernière mène depuis de nombreuses années une recherche sur le corps des femmes et l’enfermement et a collaboré avec Claire Jenny à l’écriture d’un livre sur le corps, l’enfermement carcéral et la danse : « Chairs incarcérées, une exploration de la danse en prison », Édition du Remue-ménage.

Questionnements non exhaustifs :
La peau, le diktat de la minceur/maigreur, La beauté qui se mange et la santé qui s’applique, les débordements de la rondeur féminine, les stratégies actuelles de contour et de maintien, les apparats de la surface, le dévoilement, beautés artificiellement calibrées, le voile, sexe à plat à deux grosses dimensions pornographiques, nouvelles générations d’amazones, les ventres,
Claire Jenny



Distribution
[chorégraphie] Claire Jenny
[paroles poétiques] Sylvie Frigon
[univers sonore] Anita Praz & Nicolas Martz
[scénographie] Pascal Dibilio
[costumes] Agnès d’At et Marie Labarelle
[lumières]  Laurent Labarrère
[danseuses] Marie Barbottin, Natacha Garcin et Claire Jenny
[comédienne] Joséphine Derenne
[travail d’interprétation] Nathalie Schulmann

Durée : environ 45 minutes

Une coproduction de la compagnie Point Virgule, de Scènes Vosges, du CCN Ballet de Lorraine – accueil Studio, avec l’aide du CDC - Biennale de Danse du Val-de-Marne, de la DRAC région Centre, du Conseil Régional région Centre, du Conseil général de l’Essonne, du Conseil général d’Eure-et-Loir, de la Communauté d’Agglomération du Val d’Yerres